A bloc

A bloc et tout en finesse
Telle est parfois ma devise
Et si la honte m’avise
Les lendemains de détresse
Que j’ai trop forcé la mise
Ou bien encore montré mes fesses
Je tente d’écourter la crise
En oubliant toutes ces bassesses
Je me dégoûte, je me méprise
Je me flagelle et je me blesse
Je gesticule, je m’électrise
Et combien fais-je de promesses
Et combien fais-je de promesses

Pour me persuader, quelle méprise
Que je puiserai dans la sagesse
Pour ne plus goûter à l’emprise
D’un Picon-Bière ou d’une Guinness
Sachant que c’est partie remise
Et qu’il n’y aura pas de cesse
A moins bien-sûr, que j’m’interdise
De célébrer cette grande messe
Qui m’élève et qui me grise :
L’apéro du soir chez Nénesse

(Cyril Delmote)