Tel est épris...

Tel est épris qui croyait prendre
Etait-ce le prix de tes ébats ?
Je n’avais pas de compte à rendre
Je te le règle bien malgré moi
Ainsi peux-tu te pardonner ?
D’être amoureux bien malgré toi
De m’aimer contre ta volonté
Moi qui joue et ne te veux pas...

Les règles étaient pourtant bien claires
A ce jeux tu étais le roi
Tu aimais à séduire et plaire
Tu t’amusais de femmes en proies
Avec toi je voulais jouïr
Ne partager que le plaisir
Non, je ne voulais rien construire
Nous avions bien les mêmes désires

Je ne veux pas te faire souffrir
Mais je ne change rien au jeux
N’est-ce-pas là ton plus grand plaisir
Sentir qu’tu peux être amoureux ?
Sans pour autant devoir le vivre
Car je sais malgré tes soupirs
Que si j’était prête à te suivre
Je te verrais vite déguerpir

Tel est épris qui croyait prendre
C’est bien le prix de nos ébats
Par ça qu’on aime se faire surprendre
Sentir que l’on est du combat
Ainsi peut-on se pardonner
D’être amoureux bien malgré sois
D’aimer contre sa volonté
Qui nous plait mais n’nous conviens pas...

(musical)

Tel est épris qui croyait prendre
C’est bien le prix de nos ébats
Par ça qu’on aime se faire surprendre
Sentir que l’on est du combat
Ainsi peut-on se pardonner
D’être amoureux bien malgré sois
D’aimer contre sa volonté
Qui nous plait mais n’nous conviens pas...

(Michèle Mühlemann / Olivier Palai)