Pouett Poudouk

Mais qu'est-c'qu'ils ont donc
Tous ces revenants
A jurer qu'ils sont
Mieux morts que vivants
Que s'ils avaient pu
Ne plus revenir
Ça leur aurait plu
Qu'ils ne peuvent pas dire
En langage humain
Ce qu'ils ont vécu
Oui vécu enfin
Quand ils furent mourus
Mais qu'ils n'ont plus peur
Mieux, se réjouissent
Que revienne leur heure
Pour qu'enfin ils puissent
Revoir la lumière
Retrouver l'AMOUR
Franchir la barrière
Cette fois pour toujours...

Pouett'poudouk
Doudidek' touk
Toukpoudett
Kedoupouti pouett

Moi qui suis crédule
Naïve et confiante
J'veux bien qu'on adule
Une mort apaisante
Et j'crois volontiers
A l'âme éternelle
Qui prendrait son pied
Sur des terres plus belles
Mais seul'ment voilà
Y'a pas de mystère
Le corps on le voit
Finit dans la Terre
Je veux bien nourrir
Quelques asticots
Je veux bien pourrir
Pour faire du terreau
Mais j'me fous pas mal
D'vivre l'éternité
Si seule mon âme
A le laisser-passer

Pouett'poudouk
Doudidek' touk
Toukpoudett
Kedoupouti pouett

Qui dit plus de corps
Entend plus de peau
On est bien d'accord
Si le grand repos
Se passe de caresses
Il est sans frissons
Voir même sans tendresse
Merci, sans façon
Je préfère crever
Enfin, qu'y ait plus rien
Qu'une éternité
Sans faire de câlins
Plus de peau déjà
Ça calme l'enthousiasme
Mais c'est pas tout ça
Sans faire de sarcasme
Plus d'corps plus non plus
De goûts et d'odeurs
Plus d'corps c'est vite vu
C'est triste à faire peur

Pouett'poudouk
Doudidek' touk
Toukpoudett
Kedoupouti pouett

J'veux bien croire qu'les anges
Connaissent d'autres jeux
Qu'chanter des louanges
Peut être merveilleux
Mais j'sais pas pourquoi
Je n'suis pas pressée
D'arriver là-bas
De les rencontrer
Car quoique je fasse
Et quoique j'en pense
Faudra bien qu'j'trépasse
C'est une évidence
Il est loin le temps
Où j'voulais m'foutre en l'air
A chaque déception
Chaque pet de travers
J'tenais à la vie
Comme à mes chaussettes
J'ai changé d'avis
Et je me répète

Que mieux vaut un tiens
Que d(i)eux tu l'auras
Un mauvais parfum
Que plus d'odorat
Qu'en s'débrouillant bien
Même ici sur Terre
On a les moyens
D'voir de belles lumières
Et que rien ne vaut
Un regard qui brille
La pluie sur la peau
Le goût des morilles
Que j'échang'rais bien
Mon éternité
Ou disons au moins
Aller, la moitié
Pour donner des ailes
A mon corps déchu
Pour une âme charnelle
Fessue et ventrue...

Pouett'poudouk
Doudidek' touk
Toukpoudett
Kedoupouti pouett

Pouett'poudouk
Doudidek' touk
Toukpoudett
Kedoupouti
Kedoupouti
Kedoupouti
Poupoupidou-pouett !